la compétence orthoépique

Publié le par MRS CADOT

Qu’est ce que c’est que cette compétence là?

 

  En fait, ce grand mot orthoépique implique que « les élèves, amenés à lire un texte préparé à haute voix ou à utiliser dans un discours des mots rencontrés pour la première fois, sous leur forme écrite, devront être capables de produire une prononciation correcte à partir de la forme écrite. Cela suppose :

-la connaissance des conventions orthographique

- la capacité de consulter un dictionnaire

- la connaissance des conventions qui y sont mises en œuvre pour représenter la prononciation

- la connaissance des implications des formes écrites, en particulier des signes de ponctuation, pour le rythme et l’intonation.

- la capacité de résoudre les équivoques ( homonymes, ambiguïtés syntaxiques…) à la lumière du contexte. »

 

Cette compétence est fondamentale dans notre enseignement car quand on réfléchit bien, c’est cette compétence que l’élève doit mettre en œuvre lorsqu’il lit sa leçon pour en rendre compte au cours suivant ! Et c’est vrai que l’on ne le prépare pas forcément à ça ! Pourtant  qu’elle est fondamentale !

 

Ce n’est pas que je ne faisais pas ça en cours avant ! Mais le CECRL donne vraiment des pistes de réflexion sur notre enseignement ! Des trucs tellement évident qu’on se demande pourquoi on n'y a pas pensé auparavant !!!! Evidement que je donnais des outils aux élèves, comme une grille de phonologie et j’écrivais les symboles sous les sons difficiles. Je les faisais lire plusieurs fois la leçon pour m’assurer que les mots difficiles étaient  prononcés correctement ! Cependant je n’étais pas satisfaite de moi et je me rendais bien compte que ce n’était pas suffisant car beaucoup revenait en ne prononçant pas correctement les mots !

  

        En fait, je ne leur donnais pas les outils nécessaires à leur autonomie ! je ne leur faisais pas construire cette compétence par les élèves et si ils ne se rappelaient plus de la prononciation, ils ne savaient pas trop comment la retrouver où avaient pas l’envie de la rechercher tellement la tâche leur semblaient compliquée.

  

       Il me fallait donc leur faire construire cette compétence !

      
      
Comment faire ?

 

En fait, je fais un travail très intense à l’oral avant de passer à l’écrit et je base tout sur la compétence heuristique ( encore un gros mot) c’est à dire sur la découverte par l’élève. C’est lui qui découvre tout, je lui donne la main, le mets sur la voie,  mais ne fais rien à sa place. Je ne lui donne aucune conclusion avant qu’il ne les ait cherchées par lui-même. 

 

 Je pense que j’avais tendance à introduire trop vite l’écrit car je voulais que les élèves ( et les parents ) aient qqch sur le cahier.

  
          Je procède désormais autrement : Voici un exemple de séquence faisant construire la compétence orthoépique : cette séquence est sur le thème de la « « morning routine ». niveau 6°

 

La tâche finale est : je dois être capable de parler pendant une minute de ma routine matinale.

  séance 1: j’introduis le lexique par l’image et je fais écouter la phrase qui correspond à l’image.

Ex : image de quelqu'un qui se lève : I get up, répétition de la phrase par la classe puis quelques élèves.  je projette ensuite une autre image et on procède de la même manière en reprenant à chaque fois les images qui viennent d’être dites afin d’en faciliter la mémorisation. A la fin les élèves doivent connaître les images par cœur.

           Cette phase de mémorisation est super importante ! Mes élèves ont beaucoup de mal à travailler chez eux. Je suis obligée de les faire apprendre en classe afin que la compréhension du lexique ne vienne pas entraver la construction de la compétence. Je prends donc une séance complète à la mémorisation du lexique, en générale il y a une dizaine de phrases ! Pour éviter la lassitude, on fait divers jeux avec pour objectif la prononciation et la mémorisation.

Ex : les élèves sont en groupe de 4. un groupe vient choisir une carte pour un groupe de son choix. Les élèves se consultent et désignent un rapporteur ( différent à chaque fois) qui doit être capable de prononcer correctement la phrase donnée  sous peine d’éliminer son équipe. L’élève rapporteur apprend ainsi à prononcer correctement la phrase car il est aidé de ses camarades et  porté par eux et le jeu perd son stress ! l’oral est ainsi dédramatisé.

Pour varier, il faut avoir pas mal d’activités visant le même objectif : « knots and crosses », mime…

          je leur demande en hw de raconter leur routine pour leur lendemain en cherchant des images illustratives des activités. 

  
Séance 2 :

 Activité1 :  Les élèves ont les cartes/ images représentant les activités et doivent les remettent en ordre en écoutant leur camarade parler de sa routine .

 

 

 

 

 

Activité 2 :  Puis on passe au travail sur la phonologie. On écoute les phrases une par une  et les élèves doivent retrouver le bon schéma intonatif.   

Ex : 1. I have a shower / 2. I brush my teeth  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oooo/

oOoO/

OooO

oooO 

oOoo

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ü   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

ü   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en commun et vérification des réponses par l’écoute


         Une fois les mots accentués repérés , on passe au travail de repérage de la syllabe accentuée.

 

 

 

 

 

 Activité 3 : Je leur demande de classer ensemble tous les mots qui contiennent le même phonème parmi les mots accentués suivants: je ne travaille qu’à partir des images !!!! Ils n’ont pas le mot écrit !

 wash / face / brush /teeth/ comb /dressed/ wake up/ get up/ breakfast / rush / take / bag / go / sleep / put / shoes / school / watch

 Wash / watch 
Face / wake / take 
Brush / rush / 
Dressed / get / breakfast 
Go / comb 
Sleep / teeth
Shoes / school 
Bag
Put

 

 

 

 

 

     Puis mise en commun et vérification par l’écoute !

 

Puis on  insiste sur ceux qui leur ont posé problème :

Ex:     wake / get 
        
bag / wash / watch

          put / shoes

  
Activité 4 : On recherche ensuite le symbole phonétique correspondant au son : Les élèves par 2 recherchent dans le dictionnaire/ manuel partie lexicale le symbole phonétique et doivent écrire derrière la carte image le phonème correspondant.

     Puis on met en commun. Ce travail leur permet de développer leur capacité à mieux comprendre les symboles du dictionnaire.

HW : les élèves doivent être capables de prononcer correctement les mots pour la séance suivante. Je leur donne une fiche d’auto-évaluation pour les guider.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sais très bien faire, je suis prêt(e) pour  l’évaluation

 

 

 

 

 

 

 

Je suis presque prêt(e) pour mon évaluation

 

 

 

 

 

 

 

Je n’y arrive pas trop, j’ai encore besoin de m’entraîner

 

 

 

 

 

 

 

Je connais le lexique de toutes les images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je prononce les phrases en respectant les mots porteurs de sens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je respecte la syllabe accentuée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je prononce correctement le phonème de la syllabe accentuée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Seance3 : évaluation orale du  nouveau lexique à partir des images en fonction de la grille donnée.

  

 

objectif  de la séance:  trouver des règles qui vont leur permettre de passer du son à l’orthographe ou de l’orthographe au son.

  
Les élèves par groupe de 2, essaie de retrouver l’orthographe des mots qui  se prononcent de la même façon :  son [ei],  Ex : wake / take / face. On part du son pour aller à l’orthographe. Les élèves concluent que  le son [ei] s’écrit avec la lettre a.

Quand on passe au mot wash et watch , il en concluent aussi que la lettre a se prononce [o]

Je leur demande alors de trouver une règle qui leur permettra de ne pas se tromper entre les deux sons.

Quand la lettre a est précédée de w, le son est [wo] 
Quand la lettre a est suivie d’une consonne + e, alors a se prononce [ei]

 

En procédant ainsi tout au long de l’année, au fur et à mesure des occurrences rencontrées, l’enfant se forme tout un système de règles qui lui permet ainsi de construire sa compétence orthoépique.

 

 Pour schématiser tout cela, je leur fais mettre ça en dessin, que les élèves complètent :

 

 

 

 

 

 

 Inversement, ils doivent partir de la lettre et retrouver les sons sous forme de fleurs.:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Tout est recopié au début du cahier. En début d'année, je laisse 20 pages avant de passer à la partie cours.

Ces 20 pages sont destinées à l’aide méthodologique et leur permet de se retrouver ainsi plus facilement. J’ai 8 pages consacrées à la phonologie.

1)      généralité : tout ce qui concerne les crochets, l’accent pour marquer la syllabe accentuée…

2)     les voyelles courtes,

3)     les voyelles longues

4)     les diphtongues

5)     les consonnes les plus difficiles

6)     le son et son orthographe possible

7)    l’orthographe et le son possible

8)    l’intonation et rythme.

  

En HW, chaque élève doit préparer un test pour les autres, du type : Find the odd one out :

Ex: Wake / get / face / late 
      bath / wash / bag 
      dressed / get / take / breakfast 
      go / comb / shower…

 Séance5 : Mise en commun du HW. Par groupe de 2, les élèves se montrent les tests et s’inter-corrigent si besoin est. Ensuite, ils interrogent le groupe voisin .

 

 

 

 

 

   Quand 2 groupes sont en désaccord, on met en commun avec le reste de la classe

  
  
En faisant créer ces tests aux élèves, çela leur fait prendre conscience de la prononciation.

 

   On passe ensuite au travail de Compréhension Orale qui me permettra par la suite un travail approfondi sur « la connaissance des implications des formes écrites, en particulier des signes de ponctuation, pour le rythme et l’intonation ».

 Activité 1. Compréhension Orale :

John is going to talk about his morning routine. What words do you expect to hear.

 Un élève vient au tableau écrire les mots auxquels ils s’attendent . Puis ils doivent les cocher quand ils les entendent réellement.

 

 

 

 

 

    Ce travail est facilité par tout le travail effectué en amont sur la prononciation. En effet, lorsque les élèves savent correctement prononcer les mots, ils ont plus de facilité à les reconnaître à l’oral !

Ensuite ils doivent retrouver l’ordre des actions en repérant les marqueurs chronologiques : First, next, then, finally ,before , after .

Ils récapitulent la routine de John en se prenant pour lui et je distribue le texte.


Activité 2 :
objectif : repérer le rythme et l’intonation à partir du texte écrit.

Le texte me sert ensuite à faire prendre conscience aux élèves des implications des formes écrites, en particulier des signes de ponctuation, pour le rythme et l’intonation.

 1ere écoute : 
 
leur tâche : indiquer les pauses courtes en mettant un slache et les pauses longues en mettant avec 2 slaches.

   Vérification par l’écoute et conclusion : la virgule entraîne une pause courte et le point une pause longue.

 

 

 

   J’essaie aussi de leur faire prendre conscience des groupes de sens / groupe de souffle, afin de les habituer à ne pas faire des pauses entre les groupes de sens mais à mettre ensemble tout ce qui va ensemble.

   Pour se faire, en groupe, je leur demande de me dire ce qui va ensemble et ce que l’on ne peut séparer, puis on vérifie par l’écoute.

 

 

 

 

 

     Ensuite pour le travail, sur l’intonation, les élèves écoutent et indiquent par une flèche si la voix monte ou descend avant les pauses. On vérifie par l’écoute. Et on met en commun leurs conclusions : la voix monte dans une énumération avant une virgule et baisse au point ;

      Le travail ne s’arrête pas là. Ils doivent ensuite repérer les mots accentués en les soulignant,

puis repérer la syllabe accentuée en l’ entourant, écrire le symbole phonétique correspondant à la syllabe accentuée  et indiquer les liaisons à l’aide de flèche.

 
Séance 6 : Ils s’entraînent en respectant les critères donnés en auto-évaluation et quand ils se sentent prêts , passent en évaluation sommative.


Critères d’auto-évaluation : 

 J’accentue les mots porteurs de sens

Je respecte la syllabe accentuée

Je prononce correctement les phonèmes de la syllabe accentuée

Je respecte les pauses

Je baisse la voix en fin d’énumération et de phrases et la monte devant une virgule dans une énumération.

Je respecte les liaisons

 Séance 7 : Evaluation : lecture d’un texte connu.

 

 

 

         Ils sont ensuite évalués sur leur lecture du texte

Publié dans CECRL

Commenter cet article

Edwin A 14/02/2017 23:50

Merci, une activité très riche pour travailler avec tous les niveau, surtout pour les apprenants de FLE.

sylvie marc 05/06/2006 11:22

 
Bonjour Nathalie,
j'attendais avec impatience ton article!  Une fois de plus: chapeau! Outre ce que tu décris, taper au kilomètre pour mettre en forme prend du temps. Merci de mettre en ligne pour que nous puissions en profiter.... et comme c'est agréable de trouver (denrée si rare !!!) quelqu'un qui vit de manière si POSITIVE   l'apport du CECRL.
Pour revenir à la compétence orthoépique, j'adhère à beaucoup de ce que tu décris.
Et commencer en 6è, me paraît indispensable: il n'est pas difficile de transformer en jeu une activité passablement technique...  et de bons réflexes acquis de bonne heure ont des chances de se fixer.
Je suis aussi, bien sûr, tout à fait d’accord sur un gros travail de mémoire auditive préalable à la découverte de la forme écrite dans un 1er temps. C’est seulement quand des repères  phonie - graphie / graphie- phonie ont commencé à s’installer que l’autonomie vient, avec  la capacité d’inférer la prononciation d’un mot inconnu, des schémas intonatifs.
- Mais les "grands" s'y mettent aussi volontiers. J’ai récemment travaillé la compétence orthoépique systématiquement en 4è en profitant de la Journée de l'Europe: "prévoir la prononciation" des noms 25 pays à partir de la graphie + rechercher les transcriptions phonétiques dans le dico : corriger- affiner...puis : savoir les  prononcer , à l’intérieur d’une tâche qui consistait à « lire (recherches sur le Net)  pour rendre compte » - en interaction (tous n’avaient pas à  chercher les mêmes renseignements) : quand les 25 pays sont- ils rentrés dans l’UE ?  et/ ou depuis quand font- ils partie de l’UE ?
Apprivoiser la difficulté de prononciation de mots « compliqués » a permis de mieux se concentrer sur la difficulté Simple Past v. Have +en … pas facile .
- En 3ème (élèves souvent plus réfractaires au départ  et/ ou  inhibés…  même s’ils ont  travaillé ces compétences auparavant… Fais- tu les mêmes constats ?),  travailler d’abord à partir  de chansons me rend service, et les aide à entrer dans la rigueur qu’impliquent compétences phonologique et  orthoépique) … Apprendre par cœur des poèmes ou des textes « importants »   les accrochent bien aussi.  ( L’année dernière :   l’article 1 de la déclaration des droits de l’enfant !)
 
 
Travailler sur les groupes de sens/ de souffle est l’une des activités qui, en plus de  l'intelligibilité des prises de parole, a  de très rapides incidences sur la compréhension.
Pour l’évaluation, jai fait le pari cette année de relier le travail intensif de la Compétence orthoépique à ECOUTER et COMPRENDRE.
(au même titre d’ailleurs que travail intensif de Parler en continu avant d’ ECRIRE… mais là j’ai été confortée par Francis Gouiller dans son petit bouquin sur les outils de l’Europe !)
 
Petite variante à ce que tu décris de ton évaluation:
- j'ai choisi l'évaluation par les pairs  à partir de la lecture de textes connus, puis inconnus car les élèves m’ont dit qu’ils peinaient à s’auto- évaluer. (tes élèves y sont- ils arrivés ?)
Mais  je me suis arrêtée là (cette année… je ferai peut- être différemment une autre année. Ton travail me donne envie d’isoler l’évaluation de la compétence orthoépique !): pas d' évaluation sommative pour toute la classe  . (J’évalue la compétence phonologique  tout long du trimestre – avec, entre autres, des lectures à voix haute).
(Une des choses que j'apprécie beaucoup dans le CECRL – qui continuera d’évoluer j’en suis sûre, dans sa prochaine mouture  - est l’éventail  de pistes qu’il propose, en nous aidant à les « conscientiser »… Bel outil d’autoformation et de NOTRE compétence heuristique !)  Donc, pour mon évaluation formative, j’ai  fait le pari de tester la compétence ECOUTER ET COMPRENDRE dans la foulée d'un intense travail de la  compétence orthoépique  en 4è (Thématique : la biographie) …  pari semble- til gagné cette année au vu des notes de CO : moyennes boostées de 2 à 3 points dans mes 2 classes de 4èmes au 3ème trimestre pour tous mes élèves sauf 1. … Le pari était : si vous apprenez à bien prononcer, vous comprendrez mieux.
 
 
J’aime également beaucoup ce que tu dis de la compétence heuristique…
Là  est sans doute une des clés de motivation et implication (si accrues que je n’en reviens ttravaille à partir du CECRL.
 
Bonne continuation… et à bientôt…
Contente de te lire sur interlangues  ;-)
Sylvie
  
PS : Je te joins au cas où, ces 2 liens, ressources riches pour développer la compréhension de l’oral
http://www.cndp.fr/themadoc/anglais/telecharge.htm
http://langues2006.over-blog.com/article-2741167.html